*
MontbaZine 2019






 

Salvador Dali
La persistance de la mmoire




Tas pas lheure ?
Chronique 51

En prambule, je voudrais fter cette 51me chronique brettusienne. Vu le nombre ftiche, 51, je larrose au pastis, videmment. Et pas question, dans ce doux dlire narratif, de mettre de leau dans mon vin.

TChine TChine donc ! Lennui, cest que les chinois dorment en ce moment. Alors, pour trinquer avec moi, cest dur. Rendez-vous compte : chez nous il fait clair sous un ciel gris et chez les jaunes il fait noir sous le drapeau rouge. Mais vous avez certainement compris mon dsir de trinquer du petit jaune avec les asiatiques.

Alors, pour choquer les verres avec les pkinois, jattendrai lobscurit en esprant, mais cest pas gagn, queux fassent un effort en retenant les tnbres. Plus prcisment durant la nuit de la sainte Emeline (le pinyien, mois du chien luni-solaire me semble t-il, si vous tes sinophile). En effet, le 27 octobre (vous laviez devin, je nen doute pas) ne sera pas le grand soir, mais au contraire la longue marche dans la nuit. Le passage  lheure des taies pour moi : une heure de plus sur loreiller, si vous me suivez sans somnoler. Pour mes mandarins damis, ce sera lheure des ths, vu quils ne connaissent rien aux paradis artificiels de labsinthe.

Que chuchotez-vous en ricanant ? Je me suis tromp de saison ? Point du tout, car le plaisir de rver un peu plus longtemps en toute libert, cest bien lheur divers, non ?

Mais l o a se complique, cest que les bretons et les alsaciens vont se chamailler : quand le strasbourgeois voit midi  sa porte, le brestois nen est qu lapro de 11h 10 ! Pis, les perpignanais profitent dune bonne heure de plus de soleil au moment du solstice que les pointus de dunkerquois (do lutilit de la sieste mridionale) ! Un vrai scandale pour lgalit rpublicaine ! Allez avec tout a mettre les pendules  lheure solaire -, hein ?

Il avait bien raison, le Jules Csar, quand il dclara "Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord".

Brettus (26-10-2018)