*
MontbaZine 2019

ADM


Gilets Jaunes dans la presse étrangère

Allemagne, Italie, Irlande ou Autriche… Le marasme que connaît l’exécutif français s’inscrit dans un contexte plus global et difficile pour plusieurs pays de l’Union européenne. The Times estime qu’une nouvelle crise de la zone euro n’est pas à exclure.



Quand vous avez promis d’être le premier président à ne pas céder à la pression de la rue et que vous en avez fait votre marque de fabrique, le revirement de cette semaine est presque un moment historique. La décision du président Macron de repousser la hausse des prix du carburant prévue pour janvier [il en a annoncé l’annulation pour l’année 2019 le 5 décembre] est une tentative désespérée de désamorcer la crise des “gilets jaunes” après plusieurs semaines de manifestations plus ou moins violentes dans tout le pays.

Reste à savoir si cette stratégie va fonctionner. Déjà les manifestants – toujours sans représentants  – veulent placer la barre plus haut, et réclament une augmentation du salaire minimum et la réintroduction de l’ISF, supprimée par Macron l’année dernière.

Pour tenter de calmer la colère des “gilets jaunes”, le président français a fait son mea culpa et multiplié les cadeaux fiscaux. Ce virage social signe-t-il la fin des réformes ? s’interroge la presse étrangère, aux yeux de laquelle Emmanuel Macron a perdu une partie de sa crédibilité.
Courrier International


Les images de chaos à Paris ont fait le tour du monde et la Une des plus grands titres de presse internationaux.

Pourtant, le New York Times, l'un des plus prestigieux journaux américains, a dédié un long article aux Gilets jaunes de Guéret, titré : Yellow Vests riot in Paris, but their anger is rooted deep in France (que l'on pourrait traduire par : Gilets jaunes : des scènes d'émeutes à Paris, mais la colère trouve ses racines dans le reste de la France).
New York Times

Plus de 80 000 policiers se mobilisent à travers la France pour le neuvième week-end de manifestations anti-gouvernementales gilets jaunes alors qu'Emmanuel Macron s'apprête à lancer un processus de débat public de trois mois qui, espérait-il, éloignerait les manifestants de la rue.
The Guardian